2013, « Crazy time » notre jeu de l’année

avatar

Collectif

Un article rédigé à plusieurs mains par les rédacteurs du blog.

L’an dernier, nous avions beaucoup beaucoup beaucoup joué à Seasons qui s’était imposé comme Notre jeu de l’année 2012. Comme on aime bien les palmarès et les classements, nous lui avions décerné officiellement ce prix virtuel et nous en avions profité pour faire un petit bilan de l’année ludique.

Du coup, un an après, on s’est reposé la question : Quel est notre jeu de l’année 2013 ? Quel est celui dont on ne se lasse pas quelques mois après sa sortie et que l’on ressort avec plaisir un soir sur deux  ? Surprise : finalement, nous qui sommes plutôt amateurs de « gros » jeux complexes, nous n’avons pas trouvé beaucoup de gros jeux qui fasse l’unanimité. On aime beaucoup Nations (malgré un esthétique un peu raté), on joue avec plaisir à Tash Kalar (mais que tout le monde n’a pas encore beaucoup joué), on s’est pas mal investi dans Krosmaster Arena (malgré une politique économique de l’éditeur qui nous laisse un peu froid) mais en cette fin d’année, les jeux que l’on sort tout le temps sont deux petits jeux que ne renierait pas la LIDJA (la ligue intégriste des jeux d’ambiance). L’excellent Koryo édité par Moonster Games et, trêve de suspense (et puis vous l’avez lu dans le titre), notre petit chouchou et notre jeu de l’année est Crazy Time.

 

Crazy time petit jeu de réflexe et de rapidité qui ouvre ou ponctue immanquablement nos soirées jeux depuis quelques semaines.
Bien qu’il s’agisse d’un jeu d’ambiance, son principe original de proposer des règles différentes à chaque partie que l’un des joueurs ne connaît pas et tente d’identifier plaît beaucoup aux geeks. Alors bien sûr, il ne fait pas l’unanimité, il y a des joueurs qui ne s’y retrouvent pas du tout et qui détestent, par principe, les jeux de rapidité. Mais, sans que l’on soit forcément tous des champions, nous on s’y amuse beaucoup. À tel point que l’on se fiche finalement un peu de savoir qui gagne à la fin : chaque partie de Crazy time est un moment de plaisir.

Crazy time est un jeu d’Alex et sa guitare
Publié par In ludo veritas et illustré par Bony
Acheter le jeu chez Philibert

Pour compléter cet article très court, voici les bilans de l’année, très longs, des 4 membres de la sélection du dimanche :

Le palmarès de Martin : j’ai joué à 269 jeux différents durant l’année 2013 pour un total de 658 parties. Une bien belle année ludique.

Mon jeu le plus joué : L’année 2013 a été marqué par une vague de jeux minimalistes et efficaces qui forcément, puisqu’ils prennent peu de temps à jouer, tournent beaucoup dans mon groupe de joueur.
Mon jeu le plus joué cette année a été Complot (28 parties jouées) devant l’indétrônable Seasons, notre jeu de l’année 2012 (26 parties) et Koryo (21 parties). Le jeu de plateau que j’ai le plus joué est Lords of the Waterdeep (11 parties).

Les jeux toujours pas joués : La fournée 2013 d’Essen a été très riche et je ne suis pas encore venu à bout de tous les jeux sortis lors du salon allemand. Il me reste notamment à jouer les extensions des hits de l’an passé (Tzolk’in et Keyflowers).

Le jeu d’Essen le plus joué : Ce n’était pas forcément le plus gros coup de coeur des jeux parus à Essen, mais Bruges est le jeu que je ressors le plus facilement et que j’ai le plus souvent envie de jouer. Simple, efficace, riche et rapide. Plus j’y joue et plus j’aime !

Le bide de l’année : On est gentils à la Sélection du dimanche, quand on dit du mal d’un jeu, on précise toujours que nous n’étions sans doute pas le bon public et que d’autres apprécieront. Mais bon, on n’a pas du tout accroché ni à Skytraders ni à Briefcase.

Les jeux anciens auxquels on continue à jouer avec plaisir : Zooloretto est reparu cette année chez Filosofia après une longue indisponibilité. C’est et cela reste un indispensable des jeux familiaux à jouer avec des enfants.

Le jeu pour enfant le plus joué : Mon jeu le plus joué avec des enfants est Augustus qui est présenté comme un jeu adulte mais que je ne sors qu’avec des enfants. Arrivent derrière Krosmaster et Tokaïdo.

L’auteur de l’année : Avec Amerigo, Bruges, Bora Bora et Rialto, Stefan Feld prouve qu’il est possible de publier 4 jeux en une année.

L’éditeur de l’année : On rétorquera qu’il s’agit essentiellement de traduction, mais avec Maîtres couturiers, Mice and Mystics, Bruges, Russian Railroads, La route du verre ou encore Caverna, Filosofia a gâté les joueurs francophones en cette fin d’année 2013. N’oublions pas Terra Mystica qui restera incontestablement le jeu pour joueur d’Essen 2012. Au niveau création pure, j’ai envie de saluer le travail de Repos prod qui nous ont offert Rampage, Concept et Mascarade.

Mes jeux de l’année : En plus de Crazy time, je place tout en haut de mon palmarès 2013 Mascarade et Koryo dans la catégorie petits jeux. Tash Kalhar, Nations et Bruges dans les jeux pour joueurs. Soyons honnête, je suis incapable de les départager selon des critères rationnels.

 

Le palmarès de Jub : 2013, comme toutes les années multiples de 61, a été une année riche en jeux !
Un peu plus de 900 parties et 200 jeux différents. H-Index de 13 ma bonne dame !

En tête de liste, nous avons 4 poids lourds :
Android Netrunner (158 parties) : « Ooops I did it again…. ». Faiblesse quand tu nous tiens, j’ai encore replongé dans le vice du jeu de cartes évolutifs après mon expérience du Trône de Fer et on a enchaîné les parties à un rythme très très soutenu.
Seasons (95 parties) : notre jeu de l’année 2012 est toujours bien présent, avec un intérêt relancé par son extension. Bien sûr, il s’agit des parties jouées sur une vraie table avec des vrais gens, sinon Netrunner se ferait renvoyer dans les cordes en prenant en compte les parties sur BGA.
Krosmaster Arena (58 parties) : my guilty pleasure ! Ca devient toujours un grand numéro d’équilibriste de parler de Krosmaster Arena. D’un côté, le jeu procure beaucoup de plaisir, autant en jouant contre un enfant que contre un adulte. De l’autre côté, Ankama, l’éditeur, procure énormément de frustration avec sa politique plus proche d’une major du disque que du monde du jeu de plateau (exclusivités, séries limités, chronologie des médias, confidentialité, zonage de réseau de distribution, inflation sur ebay, etc…). Nul doute que si ce jeu était édité chez un éditeur du monde du jeu de plateau, ce serait mon jeu de l’année.
The Lord of The Rings Deckbuilding Game (43 parties) : Rien de nouveau sous le soleil de la Terre du Milieu et pourtant… on y joue encore et encore sans pouvoir vraiment expliquer pourquoi.

Viennent ensuite 4 jeux courts passe-partout :
Coup / Complots (26 parties) : le plus minimaliste du lot et le plus méchant aussi ! Avec une mini extension minimaliste pour rajouter une couche de minimalisme !
Koryo (21 parties) : une mécanique très épurée et très inspirée. Une vraie réussite.
Crazy Times (20 parties) : le plus fun du lot, et de loin…. j’ai vu des gens pleurer de rire autours de la table.
Mascarade (13 parties) : de mon point de vue le plus retors et le plus exigeant du lot. Comme j’aime bien un minimum de contrôle, j’évite d’y jouer à plus de 6 mais d’autres joueurs pensent le contraire.

Deux jeux d’Essen 2012 qui continuent à arpenter les tables avec des extensions pour renouveler l’intérêt :
Smash Up (13 parties) : le jeu est passé dans la catégorie « 3 joueurs mini – 3 joueurs maxi ». En plus maintenant, on peut avoir des tentacules avec l’extension Chtulhu.
Suburbia (13 parties) : avec des règles aussi simples, c’est pas évident qu’il se fasse détrôner par the Capitals en 2014.

Deux jeux d’Essen 2013 se hisse dans la catégorie des jeux joués 10 fois ou plus :
Tash-Kalar (18 parties) : Vladaa in da house ! Faut pas croire tous les pisse-froid qui vous disent que ce jeu est trop abstrait. Moi quand j’invoque un Chevaucheur de Griffon, je le vois s’envoler, fondre sur sa proie et descendre ensuite de sa monture pour contrôler le lieu de pouvoir. J’adore le jeu en mode 2 joueurs avec objectif et le mode 3 joueurs Deathmatch est assez plaisant aussi.
Bruges (10 parties) : Quand Feld fait un jeu simple et pas prise de tête, c’est une énorme réussite qui plait autant aux gros joueurs velus et retors qu’aux joueurs amateurs de jeux plus légers.

En enfin deux vieux-vieux jeux qui ressortent, même s’ils ne jouent pas dans la même catégorie.
Les Cités Perdues (13 parties) : c’est souvent le choix le plus évident quand on est 2 à attendre des joueurs pour une soirée : règles simples, pas trop de place occupée sur la table, parties courtes.
Twilight Imperium 3 (10 parties) : et quand je pense qu’on a utilisé certains créneaux habituellement réservés à TI3 pour approfondir Virgin Queen

Maintenant quelques mentions pour des jeux joués moins de 10 fois mais qui méritent d’être cités quand même :

Jeu rapporté d’Essen et toujours pas joué : l’extension de Spartacus et TF-22 Reload. Sinon tout est sorti. J’ai quand même moins acheté n’importe quoi que l’an dernier.
Jeu toujours pas joué : High Frontiers reprend la même place que l’an dernier… il va vraiment falloir faire quelque chose.
Jeu le plus novateur : je pense que c’est Patchistory avec sa mécanique de patchwork de tuiles dans un jeu de civilisation qui a apporté le plus de nouveauté sur la table cette année.
Jeu que je trouve mauvais mais que je continue à jouer avec plaisir : Lords of the Waterdeep (9 parties quand même). Mais pourquoi donc est-ce que je continue à apprécier ce jeu alors qu’objectivement, je le trouve très dépendant de la pioche des quêtes et des cartes d’intrigue ?
Jeu pas encore sorti que j’attends le plus : Time Stories bien évidemment tant il m’avait fait grande impression quand j’ai eu la chance de le tester. L’extension de Terra Mystica se fait également attendre mais plus encore, c’est l’extension de Clash of Cultures qui me fait envie, avec la possibilité de typer les civilisations !

avatar Le palmarès de J3rôm3 : En 2013 j’ai joué à 116 jeux différents et fait 277 parties pour un total de 19285 minutes passées autour d’une table…. (il va falloir que je me reprenne en main sérieusement…)

Le jeu auquel j’ai le plus joué est Seasons, talonnée par Netrunner, Complot (qui est bien meilleur que Coup, soit dit en passant) et Room 25.

Le jeu ou j’ai le plus ri : Crazy Time, le seul party game qui trouve grâce à mes yeux. 100% des personnes à qui je l’ai fait jouer l’ont adoptés.

Le jeu au nom le plus long que j’ai préféré : The Lord Of The Rings : The Fellowship Of The Ring Deck Building Game ; Rien de révolutionnaire, mais c’est le jeu de deck building auquel je préfère jouer, peut-être à cause du thème ?

Le jeu au thème le plus Steampunk coréen et qui ne contient absolument pas de nains : Koryo il est rapide, facile a expliquer, on peut l’emmener partout et il est très original dans son game play.

Mon coup de cœur Essen 2013 : Theseus : The dark orbit, dasn la lignée de Neuroshima hex, est un jeu aux mécanismes assez abstraits mais qui arrive à créer un délicieuse ambiance de claustrophobie paranoïaque.

Le jeu d’Essen 2013 que je n’ai pas encore testé : Cornish Smuggler, un jeu de contrebandiers de Cornouailles ; un thème très présent et bien documenté (dans la veine de Lewis & Clark) mais il semblerait qu’il ne soit pas très bien équilibré.

Le jeu d’Essen 2012 auquel j’ai le plus joué : Myrmes, ce premier jeu de Yoann Levet est assez incroyable. J’aime son élégance, ses mécanismes très vite assimilés et ses nombreuses possibilités de stratégies différentes.

Le jeu 2013 préféré de ma femme : Blueprints. C’est un petit jeu de dés original par sa façon d’utiliser les dés. C’est une bonne passerelle pour les non-joueurs. Les parties sont courtes et j’ai eu tendance à les enchaîner mais après une dizaine de partie je me suis quelque peu lassé.

Le jeu qui a eu raison de gagner le Tric trac d’or : Terra Mystica, un jeu dense qui a nécessité quelques parties pour que je m’y sente bien mais qui m’a procuré ensuite énormément de plaisir cérébral.

avatar Le palmarès de Doudou : Bon, une année 2013 placée sous les signes pas forcément les plus favorables pour avoir des gros scores en termes de parties jouées. Donc je n’aurai pas de jolies chiffres à présenter comme mes collègues. Ce bilan sera donc fait au feeling et de mémoire avec quelques morceaux d’incertitudes end’dans.

Dans la catégorie des plus joués cette année (et des plus cités en tant que tel par les autres) :
Android NetRunner : n’ayant jamais joué à l’ancienne version, j’ai pris une claque monumentale devant ce monument ludique. Deux joueurs uniquement mais dans une configuration asymétrique mêlant prise de risque, bluff et stratégie… Un genre à part mais on a eu cette année des sessions d’enchaînement de parties assez intensives.
Seasons : pas une nouveauté mais ce jeu est encore bien ressorti cette année. Outre les parties de fin de soirée à trois (« bon, il est quatre heure du mat’, un p’tit season’s avant d’aller se pieuter »), les parties bien stratégiques à deux, cette année aura été l’occasion de le faire découvrir à de nouveaux joueurs avec un verdict unanime : tous l’ont vraiment bien aimé.
Lord Of The Rings DeckBuilding Game : j’ai encore du mal à comprendre le pourquoi d’un tel engouement pour ce jeu. Pourtant on m’avait prévenu avant la première partie : les mécanismes n’ont rien de novateurs ou d’originaux mais pourtant on a envie d’y rejouer. Et effectivement, on y revient régulièrement et toujours avec plaisir.

Les jeux qui datent d’Essen 2012 et qui m’ont vraiment plu :
Ginkopolis : En voila un jeu qu’il est bien. Les premiers tours de la première partie sont toujours un peu surprenants, le temps de bien intégrer les règles, mais par la suite tout est très fluide et très plaisant. Je n’ai pas encore pu jouer à l’extension sortie cette année à Essen, mais bon, il reste encore quelques jours avant 2014 pour remédier à ça.
Terra Mystica : De mon point de vue, l’autre gros jeu d’Essen 2012. Un jeu riche qui triture bien le cerveau pour qui aime prévoir ses coups et qui donne envie d’y rejouer même si on passe les premières parties à bien galérer pour tout appréhender.

Les jeux d’Essen 2013 qui m’ont vraiment plu :
Tash-Kalar : On en a bien parlé dans les derniers articles et il n’est pas nécessaire de rajouter grand chose. Un très très bon jeu ou l’on prend du plaisir à jouer dès les premières parties et qui permet un gros potentiel lors de la maîtrise des différentes cartes.
8 Master Revenge : Après Steam Torpedo, qui reste l’un de mes jeux préférés à deux joueurs, les Poulpes Sérieux ont frappé un grand coup avec ce jeu. Bien meilleur selon moi à 2 joueurs ou à 4 en équipe, des règles simples et pas mal de triturage de cerveau, un cocktail assez détonant pour un jeu au mécanismes originaux.

Les Petits jeux rapides de l’année :
Vraiment rapide pour le coup. J’y placerai coup/complot dont la simplicité est déroutante au début mais où l’on enchaîne pourtant les parties. Relativement proche, je placerais Love Letter qui bien que différent reste simple à expliquer et à appréhender. Le troisième du genre est à mon sens Koryo, avec des mécanismes de jeu complètement différents mais qui reste lui aussi simple et rapide. Je placerais Crazy Time dans cette catégorie même s’il est à mon sens encore plus facile d’accès et s’adresse à un public plus large.
Dans les quatre cas, ces jeux ont toujours plus et ont l’avantage d’être assez intéressants pour qu’on ait envie de les sortir souvent tout en étant très rapides à jouer.

Les jeux moyens rapides qui sont bien sortis cette année :
Infiltration : Ce jeu est bien sorti cette année bien qu’il ne s’agisse pas du tout d’une nouveauté. Bien apprécié, même des joueurs occasionnels, l’ambiance du monde d’Androïd, les mécanismes faciles à appréhender, les prises de risques (sortir de suite ou aller plus loin pour avoir plus de point) et les coups dans le dos en font un jeu assez complet pour la durée.
Smah Up : Le Shuffle Building. Rien que cette mécanique de jeu fait rêver quand on en parle. C’est simple, c’est pas trop long, ça part souvent n’importe comment et ça donne envie de rejouer tellement on souhaite essayer des combos… Pis bon… vous en connaissez beaucoup des jeux où l’on peut jouer de la cavalerie ours ?

Les jeux avec des figs :
A mi-chemin entre le jeu de plateau et le jeu de fig, deux jeux sont bien ressortis cette année. X-Wing, qui avec ses vagues de vaisseaux et surtout la deuxième avec les premiers « gros vaisseaux » que sont le Millenium Condor ( :twisted: :twisted: :twisted:) et le Slave1 a permis d’enchaîner pas mal de parties toujours aussi plaisantes.
En second je citerai Mythic Battles qui pour moi est un jeu de figurine sans figurine (essayez vous verrez ce que je veux dire). Une gestion des dés assez originales, des dessins que je trouve vraiment très beaux, des compétences, un système d’activation assez bien pensé.

L’extension de l’année :
Sans hésitation, il s’agit pour moi de l’appel de la forêt , deuxième extension des demeures de l’épouvante. Beaucoup de nouveautés dans les règles et surtout les mécanismes, des scénarios vraiment très bien construits et surtout une manière de corriger certains points qui étaient rédhibitoires pour certains joueurs dans la version de base (ex : la linéarité). Une très bonne extension pour un jeu que je trouve très bon.

Les gros indémodables qui restent des valeurs sûres :
Deux jeux dans cette dernière catégorie : Twilight Imperium, parce que… ben parce que… Un jeu complet dans lequel on retrouve beaucoup d’aspects ludiques différents et qui en font un jeu certes long mais surtout très riche. En deuxième position on retrouve Puerto Rico qui aura vu cette année une édition spéciale pour le 10ème anniversaire. Un jeu qui pour moi reste aujourd’hui encore très très agréable à jouer et une bonne manière d’initier des joueurs à des « gros » jeux de plateau.