Cannes 2015 (1) les avants-premières de Kristoff

avatar

Kristoff

Kristoff aime autant le jeu que la Bande Dessinée, du coup il admet un penchant pour les boîtes et plateaux illustrés avec goût. "Une bonne mécanique n'excuse pas le moche" pourrait être sa devise.

Le Festival International des Jeux de Cannes s’étant achevé depuis une semaine, il est temps d’en faire un petit bilan. Oui mais, vu la foultitude de jeux testés et d’impressions diverses vécues, il est impossible d’en faire un « petit » compte-rendu, nous allons donc en faire plusieurs, certains collectifs, d’autres individuels. Je m’y attaque en premier.

Un des premiers plaisirs du FIJ de Cannes est de pouvoir découvrir en avant-première les jeux qui vont sortir dans les mois à venir, petite satisfaction d’être parmi les « happy few » qui bénéficient du rare privilège de goûter aux délices interdits aux communs des mortels. Mais chaque médaille a son revers, on peut ainsi devenir accro à un jeu indisponible avant plusieurs mois… l’attente n’en est que plus longue.

Voici ma sélection (non exhaustive) des nouveautés de tout bientôt :

 

CrossingCrossing

Un jeu de Yoshiteru Shinohara
Illustré par Charlène Le Scanff
Publié par
Cocktail Games, Monster Games et Space Cowboys
3 à 6 joueurs pour des parties d’environ 15 minutes

 


http://www.laselectiondudimanche.com/wp-content/uploads/2013/10/christophe2.jpgIls se sont mis à trois éditeurs pour ramener du Japon ce petit jeu auto-édité sous le nom de Xing, c’est dire si l’intérêt pouvait être fort.
Les règles sont très simples : on dispose une tuile champignon  devant chaque joueur et trois tuiles (à 4 joueurs)  au centre de la table. A chaque tour, des gemmes sont retirés d’un sac pour être posés sur les tuiles du milieu. On compte jusqu’à trois et chaque joueur pointe un des champignons ou protège le sien.

Ceux ayant pointés un même champignon ne récupèrent rien, celui qui aura été le seul à désigner un champignon récupère les gemmes qui sont dessus, ceux qui ont protégé leur champignon mettent de côté leur trésor qui définitivement sauvegardé ils ne joueront cependant pas au tour suivant.
On rajoute ensuite une pierre sur chaque champignon du centre et on recommence.

La partie se termine quand toutes les pierres sont sorties du sac, on comptabilise les points :

  • chaque série de 3 couleurs rapporte 5 points,
  • les pierres de couleur seules valent 1 point,
  • les diamants (pierres incolores) valent 2 points.

La partie de découverte s’est révélée très prometteuse. Le jeu est rapide, facile à expliquer, et mêle à la fois le party game et le bluff. On peut en effet négocier pour se répartir les champignons… sans pour autant être assuré du respect des accords.

Tout repose sur l’équilibre à trouver entre quelle réserve piller et à quel moment il faut sauvegarder ses pierres.
L’ensemble est fun avec ce qu’il faut de fourberie pour plaire à l’amateur de Skull que je suis.

 

Mafia de Cuba

Un jeu de Loïc Lamy
Illustré par Tom Vuarchex
Publié par Lui-Même

5 à 12 joueurs pour une durée de partie qui peut être très variable

 

http://www.laselectiondudimanche.com/wp-content/uploads/2013/10/christophe2.jpgCe fut certainement la présentation la plus originale du FIJ, l’info courait sous le manteau mais les invitations étaient distribuées avec parcimonie pour quelques chanceux : de « secrets » voyages pour Cuba étaient organisés. Régulièrement on pouvait croiser des petits groupes portant des panamas se rendre vers une destination mystérieuse.

Les parties vont de 5 à 12 joueurs : le Parrain réunit ses affidés car la rumeur prétend qu’un ou plusieurs traîtres se cachent parmi eux.
Il va donc tenter de découvrir les brebis galeuses en les soumettant à la tentation : une boîte à cigares contenant un certain nombre de diamants et plusieurs rôles (fidèles, chauffeur, policiers) passe de main en main. Chaque membre du clan doit y prendre un élément qu’il cache dans sa poche : des diamants ou un rôle ?

Une fois la boîte revenue au Parrain, à  lui de désigner les voleurs en démêlant le vrai du faux avec l’aide de ses fidèles.
Mais il n’a droit qu’à deux erreurs… et ne jamais menacer le ou les policiers qui se cachent dans son entourage.

L’objectif du Parrain et de ses fidèles est de découvrir les voleurs, chaque voleur doit s’en sortir individuellement avec le plus de diamants et les policiers rêvent d’être accusés pour pouvoir arrêter tout le monde. Autant dire que les intérêts privés priment sur le collectif.

http://i38.servimg.com/u/f38/11/20/75/38/cuba10.jpgdocument exceptionnel d’une réunion du Parrain, tiré des archives du FBI

Après les loups garous de Thiercelieux, les éditions Lui-Même confirment qu’ils savent gérer des jeux collectifs.
Mafia de Cuba présente plusieurs différences par rapport à son « cousin » : il est plus rapide, on peut choisir son rôle, il ne nécessite pas de Maître de Jeu et surtout permet aux joueurs de rester tout au long de la partie.
On discute, on argumente, on se pose des questions piégées pour pouvoir mieux s’accuser mutuellement. Bref, un excellent jeu en groupe.

 

Aldan Chronicles – Exodus

Un jeu de Serge Macasdar
Illustré par Gaël Lannurien
Publié par Grumpy Dwarf’s

de 2 à 6 joueurs pour des parties d’environ 90 minutes

 

 

http://www.laselectiondudimanche.com/wp-content/uploads/2013/10/christophe1.jpgEn choisissant Gaël Lannurien (Cardline, Ginkgopolis…) pour illustrer la centaine de cartes de leur prochain jeu, les Grumpy Dwarf’s ont fait un pari éditorial fort.

Il est difficile en effet de ne pas être attiré par l’univers graphique qui habille ce jeu de cartes, l’approche est comparable à celle prise par Bombyx en 2014 pour Abyss dont les dessins avaient été confiés à Xavier Collette.

Cette fois-ci, ce n’est pas un plongeon dans les profondeur des mers mais au contraire un décollage vers les étoiles. Il s’agit de fuir devant une invasion extra-terrestre implacable, chaque joueur devant constituer sa propre flotte de survivants en associant des passagers à des modules.

http://i38.servimg.com/u/f38/11/20/75/38/img_1510.jpg

Pour cela, il faut récupérer des cartes placées sur un plateau collectif en se positionnant sur une des coursives y donnant accès.

Un subtil système de placement permet de positionner plus ou moins de cubes à sa couleur devant chaque carte selon la famille à laquelle elle appartient, le joueur ayant réussi à positionner le plus de cubes devant une carte la récupère.

Ajoutons à cela que les cartes ont des pouvoirs et que les joueurs désavantagés voient leurs forces augmentées, et vous avez là un jeu avec de beaux pourrissages.

N’ayant pu faire qu’une moitié de partie, mon sentiment n’est pas totalement définitif mais ce que j’ai pu en voir est déjà très excitant.
Avec son mécanisme simple à appréhender et son esthétique très immersif, Aldan Chronicles – Exodus devrait faire parler de lui à sa sortie.

 

 

 

Flick'em Up !Flick’em Up !

Un jeu de Gaëtan Beaujannot et Jean Yves Monpertuis
Illustré par Chris Quilliams
Publié par ForgeNext et Pretzel

de 2 à 10 joueurs pour des parties d’une durée qui va dépendre de l’adresse des joueurs

 

 

http://www.laselectiondudimanche.com/wp-content/uploads/2013/10/christophe0.jpgDeux camps s’affrontent dans la rue principale d’une petite ville du far-west, d’un côté les cinq despérados d’une bande de gangsters, de l’autre l’équipe du Shérif.

L’objectif : tuer le Chef de l’équipe adverse.
Chaque personnage est représenté par un meeple numéroté, les décors sont solides et on se déplace ou on tire en poussant du doigt (pas de pichenette) un socle représentant – selon la situation – un mouvement ou une balle. Attention, le geste doit être précis car on ne peut pas rebondir sur les éléments du décors.
L’équipe qui aura réussi à supprimer les points de vie du N°1 des adversaires a gagné.

http://i38.servimg.com/u/f38/11/20/75/38/img_1511.jpg

Le moins qu’on puisse dire de ce jeu c’est qu’il est immersif.
La partie test à 8 joueurs que nous avons faite n’est certainement pas la plus probante puisqu’il a fallu attendre un bon moment avant qu’un camp aille réellement au contact contre la partie adverse.

En stratégie d’escarmouche, une partie peut facilement dépasser une heure alors qu’à la base il s’agit avant tout d’un jeu plus déconnant.
Malgré ce petit soucis d’approche, Flick’em Up ! présente un beau potentiel pour l’avenir.

 

 

The Big Book of Madness

Un jeu de Maxime Rambourg
Illustré par Naïade
Publié par Iello
2 à 5 joueurs pour des parties d’environ 60 minutes

 


http://www.laselectiondudimanche.com/wp-content/uploads/2013/10/christophe-2.jpgLà, il faut le dire tout net : ce fut la grosse déception. Même si les illustrations de Naïade sont superbes, sorte de Harry Potter à la mode Seasons, ce jeu collectif s’avère à la fois insipide et ingagnable.

http://i38.servimg.com/u/f38/11/20/75/38/img_1512.jpgL’objectif est d’empêcher des monstres de sortir d’un livre de magie ouvert par erreur.

L’action des joueurs se limite à se créer un deck-building, à sacrifier ses cartes pour tenter de contrer le monstre… et à recommencer pour le suivant.

Le choix des actions est très limité, l’interaction entre les joueurs réduite au minimum – ce qui est assez problématique pour un jeu collectif – et on peut se retrouver à perdre sans trop savoir pourquoi.

Bref, la magie n’était pas au rendez-vous.