Cannes (3) en vrac : Kenjin, Maître renard, Minivilles – Green Valley, Targets

avatar

En vrac

« En vrac » c’est notre rubrique collective de discussions et « d'avis-minute » sur nos soirées jeux plus ou moins hebdomadaires.

On ne fait pas que tester des jeux à venir au Festival International des Jeux de Cannes, on essaie aussi les dernières nouveautés tout juste sorties.
Alors on en profite pour partager
nos « avis-minutes », en commençant par des jeux rapides plutôt familiaux.

 

Kenjin

Un jeu de Nicolas Sato
Illustré par Biboun
Publié par Superlude

2 à 4 joueurs, à partir de 12 ans, pour des parties d’environ 20 minutes

 

 

 L’avis de Mathieu :  Superlude nous emmène dans un Japon féodal fantaisiste pour des guerres de territoires tendues à souhait.

Chaque joueur incarne une armée à potentiel égal (les decks sont parfaitement symétriques) et va à tour de rôle envoyer ses troupes sur les différents champs de bataille qui l’opposent à son ou ses adversaires.

Le sel du jeu réside d’une part dans la symétrie des armées (personne ne part avantagé), les enjeux tactiques induits par les pouvoirs des unités et surtout par le fait que certaines unités se jouent face cachée. Chaque champs de bataille dispose également d’une spécificité parfois contraignante parfois simplement tactique.

Autant vous le dire tout de suite, je ne peux pas être à 100% objectif sur ce jeu car il s’agit du premier jeu de Nicolas Sato, ami proche et créateur de jeux vosgien.
Cela étant, il faut reconnaître les qualités de ce jeu : des parties courtes et tendues, une excellente rejouabilité grâce aux multiples champs de bataille et à l’intérêt du guessing quand on rejoue contre les mêmes adversaires, des illustrations magistrales de Biboun, un beau travail d’édition de Superlude.

Et Dncan a aimé aussi

La fiche du jeu chez

 

Maître renard

Un jeu de Frédéric Vuagnat
Illustré par Catell-Ruz (Charlène Le Scanff)
Publié par Superlude

2 à 4 joueurs, à partir de 7 ans mais on peu aller bien au-delà, pour des parties d’environ 20 minutes

 

 L’avis de Kristoff :  Comme son nom l’indique, Maître Renard nous fait endosser le rôle de goupils chapardeurs d’animaux représentés par des figurines en bois.

Trois objectifs sont déterminés en début de chaque tour, ce sera à celui qui arrivera le premier à réunir un exemplaire de chaque.

Mais, outre le fait de se battre simultanément sur le même objectif, la difficulté principale réside dans l’obligation de fouiller… à l’aveugle ! Les joueurs portent en effet durant la phase d’action un masque (de renard) sans orifice pour les yeux. Petit détail vicieux supplémentaire : on ne peut attraper les figurines qu’avec une seule main dans laquelle on doit conserver ses prises.

Il faut par conséquent faire preuve de dextérité et d’un bonne reconnaissance tactile, car il peut s’avérer difficile de différencier un cheval et une vache, ou une oie et un poulet. Chaque erreur représente un point négatif !

Ce jeu familial fonctionne aussi bien pour les enfant qu’avec les adultes. Ces derniers vont sans aucun doute concentrer leurs efforts à récupérer en sus un des animaux « spéciaux » qui entrent en jeu au fur et à mesure de la partie : le renard apporte un point bonus, le serpent permet de voler une figurine à un autre participant ou le marteau protège des serpents.

La partie jouée avec Martin et Jub a été un grand moment de fourberie et de rire. Le matériel est d’excellente qualité avec ses figurines en bois et les masques joliment illustrés.

 L’avis de Martin : Les jeux qui utilisent la reconnaissance tactile sont suffisamment rares pour que Maître Renard attire mon attention. Le principe est tout simple : il faut se saisir le plus rapidement possible des formes désignées par une sélection de cartes, le tout les yeux masqués. Ça fonctionne très bien, aussi bien avec des enfants avec lesquels on jouera plus calmement qu’avec des adultes, en fin de soirées, avec lesquels les parties seront plus déjantées.
J’aime beaucoup.

La fiche du jeu chez

Minivilles – Green Valley

Un jeu de Masao Suganuma
Illustré par Noboru Hotta

Publié par Monster Games
2 à 4 joueurs, à partir de 7 ans, pour des parties d’environ 30 minutes

 

 L’avis de Jub :  la seconde extension pour Minivilles apporte de nombreux nouveaux bâtiments (pas de monuments comme dans Marina) ainsi qu’une nouvelle règle : la possibilité de fermer des lieux pour les rendre inopérants. De nouvelles stratégies apparaissent avec des immeubles à effet négatif (la banque, qui rapporte de l’argent à l’achat mais qu’on doit rembourser par la suite) qu’on pourra offrir à ses amis avec l’entreprise de déménagement.

Du renouvellement donc et quelques options qui ajoutent à l’interaction. Si l’aspect jeu est très positif, j’ai été un peu déçu par l’aspect minimaliste des règles avec une simple page qui explique les nouveautés mais ne précise pas comment se combinent les deux extensions.

La fiche du jeu chez

Targets

Un jeu de Wilfried Fort
Illustré par Tony Rochon
Publié par
Blackrock Editions
2 à 4 joueurs, à partir de 7 ans, pour des parties d’environ 30 minutes

 

L’avis de Mathieu :  Targets se présente comme un petit jeu de pichenette à base de dés. A chaque manche, les joueurs vont tenter de positionner leurs 3 dés sur les cibles centrales pour les remporter à base de dextérité et/ou de gros bourrinage des dés adverses déjà placés.

C’est simple et fendard, un bon jeu d’apéro … ou amuse-gueule pour les plus raffinés.

L’avis de Kristoff : Un jeu rapide de pichenette où il faut en plus tomber sur les bonnes faces avec les dés, si ça n’est pas un party game, je ne vois pas trop ce que ça peut être d’autre.

Sympa et idéale pour les débuts d’apéro (après, on risque de ne plus arriver à viser correctement).

L’avis de Martin : Un peu de hasard, un peu de dextérité, un peu de chance et beaucoup d’éclats de rire, Targets est un petit jeu d’ambiance très agréable et suffisamment court pour ne pas être lassant. Il peut plaire à tout le monde à partir de 7/8 ans. Même à moi, qui pourtant n’aime pas trop les jeux de pichenettes.

L’avis de Jub :

La fiche du jeu chez