Essen 2012, la balade en photos

avatar

Martin

Martin Vidberg est dessinateur, cultivateur et interprète du blog l'Actu en patates dont la sélection du dimanche est à l'origine une rubrique.

Ce weekend avait lieu l’incontournable salon d’Essen dans la « très touristique » Ruhr.
S’il faut comparer avec d’autres festivals, Essen est celui où paraissent l’essentiel des jeux dont on va parler lors des prochains mois. Celui où l’on voit pour la première fois des boîtes fraîchement imprimées, dont on ne sait pas encore grand chose. Celui où l’on tend l’oreille pour connaître les buzz, les jeux à ne pas manquer, les achats à faire dans l’urgence avant la rupture de stock et donc le festival dont on repart avec plein de trucs et de machins parfois improbables.

À chaque festival d’Essen, deux classements tentent de mettre en valeur les jeux qui buzzent.

Selon le classement du site Board game geek, c’est Escape qui serait donc « LE jeu du salon d’Essen 2012 ». Dans ce jeu d’aventure aux illustrations copiées sur Indiana Jones, les joueurs tentent de s’échapper d’un temple en jetant des dés. pour obtenir des combinaisons qui permettent d’avancer d’une case à l’autre. Le principe est tout simple : les joueurs se contentent de jeter frénétiquement leurs dés pour obtenir les bonnes combinaisons et s’échapper dans le temps imparti. Principale originalité du jeu : la boîte comporte un CD sur lequel une bande musicale remplace agréablement le traditionnel sablier (également présent).

J’y ai joué, je me suis un peu ennuyé et je n’ai pas du tout compris le buzz.
Ce n’est pas un jeu pour moi, mais beaucoup de festivaliers semblaient conquis.

À la seconde, troisième et quatrième place, on retrouve Tzolk’in : The Mayan Calendar, l’excellent Myrmes publié par Ystari et Copycat de Friedemann Friese. Ces trois jeux-là nous tentaient beaucoup plus, on les a pris et je vous en reparlerai plus en longueur dans les jours qui viennent.

Les quatre premières places du second classement, celui du magazine Fair Play, met en valeur quatre autres jeux ce qui prouve que s’il s’agit d’indicateurs intéressants, ils sont à prendre avec des pincettes.
Nous avons craqué sur Terra Mystica et Ginkgopolis (très bons). Je vous en reparle très vite également.

Comme dans tous les salons, on croise aux détours des allées des versions géantes de jeux bien connus, des figurines de toutes sortes et des maquettes qui font rêver. Quelques protos également comme celui de Philippe Keyaerts Twin Tin Bots dont la partie restera l’un des grands moments du salon. Le jeu est actuellement en phase de financement sur Ulule.

L'une des tables de démonstration d'X-Wings, le jeu de figurines inspiré de La guerre des Etoiles distribué en France par Edge, bénéficiait d'un plateau qui fera rêver les amateurs.

 

En complément des nouveautés, le salon d’Essen est réputé pour ses vendeurs de jeux d’occasions qui proposent parfois des titres récents à des prix défiant toute concurrence. Un marché de l’occasion qui peut valoir à lui seul le déplacement.
Mais on trouve aussi des jeux très chers : j’ai flashé sur un jeu de construction que j’avais très envie de ramener à la maison… avant de voir le prix (seule la boîte à 120 euros proposait suffisamment de matériel pour envisager des constructions intéressantes).

Après la fermeture, les hôtels du coin ouvrent des salles pour des soirées off où les joueurs se mélangent. Nous avons partagé d’excellentes parties avec des joueurs dont nous nous sommes rendus compte après coup que nous ne connaissions pas les noms. Essen a un petit côté carnaval de Rio où les parties de jambes en l’air sont remplacées par des parties de jeux de société.
À suivre…