Jouer avec ses enfants : les 3 petits cochons, Vaca Loca, Tokaïdo…

avatar

Martin

Martin Vidberg est dessinateur, cultivateur et interprète du blog l'Actu en patates dont la sélection du dimanche est à l'origine une rubrique.

 

Cette petite planche résume la problématique que se posent beaucoup de parents avant de passer un moment ludique avec leurs enfants. Jouer oui, mais jouer à quoi sans prendre le risque que l’adulte ou l’enfant s’ennuie(nt) et passe un mauvais moment ?
C’est le thème de cette sélection : voici quelques jeux à jouer en famille qui peuvent plaire à tout le monde.

 

Nouvel arrivé parmi le monde du jeux de société, les éditions Purple brain nous proposent un premier jeu de dés très malin signé Laurent Pouchain. Il faut souligner tout particulièrement le travail de l’éditeur et de l’illustrateur Xavier Colette sur la boîte, en forme de livre, qui participe au plaisir de jeu et contribue, à n’en pas douter, au désir d’achat.

À partir du principe du Yams, que tout le monde connaît, qui consiste à jeter cinq dés jusque trois fois, les joueurs doivent réaliser des combinaisons pour construire les maisons de leurs trois petits cochons.
Sur les six faces des dés, on retrouve deux portes, deux fenêtres, un toit et un loup. Pour construire un mur en paille avec une porte, il faut une combinaison de deux dés « porte », il en faut trois pour un mur en bois et quatre pour un mur en brique.

Mais attention, quand un joueur obtient la face loup, il ne peut pas relancer le dé. S’il en obtient un second, il doit jouer le grand méchant loup (les enfants adorent). Il désigne alors la maison d’un de ses adversaires et souffle sur la roue pour faire tourner l’aiguille. Tous les morceaux de la maison constitués du matériaux désignés par l’aiguille sont détruits.

À la fin du jeu, les joueurs marquent des points pour chaque morceau de leurs maisons terminées (les murs en briques rapportent logiquement plus que les murs en paille) mais également des points en fonctions de 6 cartes objectifs et de la présence de fleurs sur leurs maisons.

Le jeu plaît beaucoup à mon fils de 7 ans qui s’est même amusé à dessiner de nouvelles cartes « objectifs » pour varier les parties. Ma fille de 5 ans, par contre, n’a pas encore la patience nécessaire pour y jouer. Question de caractère sans doute, question d’âge aussi puisque les 3 petits cochons sont annoncés pour 7 ans et plus.

Les trois petits cochons est un jeu de Laurent Pouchain illustré par Xavier Colette édité par Purple Brain
La fiche du jeu sur le site de la boutique Philibert

Dans la catégorie des jeux dont j’ai déjà parlé dans cette rubrique dominicale, je joue occasionnellement à Krosmaster Arena avec mon fils. À 7 ans, il est encore trop tôt pour qu’il élabore des stratégies complexes de lui-même, mais il a déjà l’âge de comprendre le jeu, son fonctionnement, de réfléchir en jouant et d’y prendre un réel plaisir. Je m’amuse beaucoup aussi à lui faire découvrir, ce qui ne gâche rien.
Les règles sont nombreuses mais simples d’accès. Je le conseille donc plutôt aux parents joueurs, habitués aux jeux de société, et qui auront la patience d’appréhender et de transmettre toutes ces règles.

Krosmaster Arena est annoncé à partir de 8 ans et vous pouvez relire la présentation détaillée écrite par Jub à cette adresse.
Le lien vers le jeu sur le site de la boutique en ligne Philibert

Sur ce blog, je ne parle que des jeux que j’ai vraiment appréciés. Déjà parce qu’il y a suffisamment de bons jeux pour ne pas manquer de sujets d’article, ensuite et surtout parce que je n’ai pas la prétention d’avoir raison sur tout, y compris sur les jeux que j’apprécie moins.
En commençant à vous présenter Tokaïdo, d’Antoine Bauza, par cette phrase, vous vous doutez que la première partie que j’ai faite de ce jeu, il y a un an ne m’avait pas emballé. Logiquement, je ne l’avais pas chroniqué.

Dans Tokaïdo, les joueurs déplacent leurs pions sur une ligne, comme dans un traditionnel jeu de l’oie, pour collectionner des cartes. Cette ligne représente la route légendaire de Tokaïdo au Japon et les cartes, les souvenirs que l’on ramène du voyage.
Selon les sites que l’on visite, il sera possible d’acheter des objets, de manger un plat traditionnel ou de garder l’image d’un joli panorama. Le système de jeu est simple, les stratégies souvent évidentes et je ne me suis pas vraiment amusé en le présentant à mes amis joueurs, plutôt habitués des jeux complexes. Mauvaise pioche.

Une place occupée par un joueur sur la route de Tokaïdo ne pourra pas être occupée par un autre joueur. L’essentiel de la stratégie du jeu consiste donc à prendre les items qui nous intéressent pour gagner le plus de points en bloquant ses adversaires sur les places qu’ils cherchent à obtenir.

Pour y avoir joué depuis avec mes enfants, je me rends compte que je m’étais simplement trompé de public. Tokaïdo est un jeu qui convient parfaitement en famille : la simplicité des stratégies permet à tout le monde de jouer sans que personne ne s’ennuie ou se sente incapable de l’emporter. Le thème contemplatif parle aux enfants comme aux plus grand.

Je ne jouerai plus à Tokaïdo avec des « gros » joueurs mais c’est devenu un « classique » de nos mercredis et dimanches après-midi. Dans ce cadre, je le conseille.

Tokaïdo est un jeu d’Antoine Bauza illustré par Naïade et édité par Funforge
La fiche du jeu sur le site de la boutique Philibert

Dans la catégorie des jeux dont j’ai déjà beaucoup parlé sur ce blog, ma fille de 5 ans, qui a beaucoup plus de mal à rester assise autour d’une table (et encore plus à perdre) adore les jeux de communication. Ses deux jeux favoris sont Sandwich, le jeu de Christophe Raimbault où l’on compose un menu parfois farfelu, pour ses compagnons de jeu et Fairy tales, le jeu d’Yves Hirschfeld et Fabien Bleuze où l’on invente une histoire à partir d’images tirées au sort.

Vous pouvez relire ma présentation de Sandwich dans la sélection du 13 mars 2011 (ancienne édition) et celle de Fairy Tale dans la sélection du 27 mars 2013.
La fiche de Sandwich chez Philibert
La fiche de Fairy tale chez Philibert

 

Vaca Loca est un petit jeu de discrimination visuel et de rapidité pour enfant signé Iris Rossbach et publié par Zoch.
Dans ce jeu, les enfants doivent reconstituer des extra-terrestres composés de trois éléments : les jambes, le ventre et la tête. Comme dans un mémory, toutes les tuiles sont disposées faces cachées au centre de la table et les joueurs retournent une tuile chacun à leur tour. Les tuiles retournées restent ensuite face visibles. Dès que les 3 parties d’un extra-terrestre sont visibles, tous les joueurs tentent de taper sur sa tête. Celui qui y parvient en premier le ramasse et le dispose devant lui.

À la fin de la partie, le joueur qui a récupéré le plus d’extra-terrestres l’emporte.

Comme dans le mémory, la bonne connaissance des tuiles et une bonne mémoire permettent aux enfants de rivaliser avec leurs parents et passer un très bon moment.

Attention, Vaca Loca n’est pas encore disponible en France. Il devrait arriver tout bientôt, édité par Gigamic.

La fiche de Vaca Loca chez Philibert (édition allemande, avec règles en français)