Le jeu de société « victime » de son succès

avatar

Professeur Patashima

Le professeur Patashima est expert en tout et notamment en explication de règles de jeux de société. Il ne donne que rarement son avis, c'est avant tout un scientifique qui se place au-delà des impressions personnelles toujours subjectives.

La semaine passée avait lieu le festival des jeux de Cannes qui récompense chaque année quelques uns des meilleurs jeux de société parus en 2012 avec les fameux As d’or. Les 4 prix et les 12 nominés peuvent être considérés comme une liste de conseils pour les joueurs à la recherche de nouveautés.

Le festival des jeux de Cannes est toujours un rendez-vous très apprécié à la fin du mois de février.

Seulement voilà, cette année, la plupart des jeux primés ne sont pas disponibles à la vente ! Il était impossible, pour 174 000 visiteurs du festival (un record) de se procurer un exemplaire d’Andor, le jeu d’aventure de Mickaël Menzel, vainqueur de l’As d’or et en rupture depuis novembre. Même problème pour Myrmès qui emporte le grand prix récompensant un jeu « pour joueurs expérimentés ».
En cherchant bien, on pouvait encore trouver quelques boîtes de Tino Topini qui décroche l’As d’or enfant.
Enfin, le prix spécial du jury, X-Wing, jeu de figurines adapté de la saga de Georges Lucas, manquait également à l’appel.

La raison de ces ruptures est toute simple : si les éditeurs de jeux sont encore, souvent, des petites entreprises, parfois familiales, qui ne peuvent se permettre de gros tirages et des prises de risque, le marché français a évolué depuis quelques années et les joueurs sont de plus en plus nombreux et bien informés. Les passionnés suivent l’actualité au jour le jour grâce à Internet et notamment au site spécialisé Tric Trac qui centralise le bouche à oreille.
Ils anticipent même parfois les sorties en pré-commandant les nouveautés qui les attirent.
La première édition d’un jeu à succès ne reste donc jamais bien longtemps dans les rayons.

Malgré cela, une vente rapide ne garantit pas aux éditeurs le succès du second tirage. Le retour en stock d’un jeu nécessite deux mois s’il est fabriqué en Europe, trois, s’il est fabriqué en Chine. Rien ne prouve donc que le jeu sera toujours attendu au moment de son réassort. Rien ne prouve également que l’essentiel du public d’un jeu n’a pas déjà été touché dès le premier tirage. La réédition est toujours un pari risqué.

Couronnés d’un As d’or, Andor, Myrmès et X-wing seront bien entendu rapidement de retour dans les rayons. Leur rupture est néanmoins révélatrice d’un marché qui grandit très vite et qui doit s’adapter.

Nouveauté de la fameuse gamme des jeux "en sac" d'Asmodée (Jungle Speed, Times'up), "Blitz" qui paraîtra dans quelques mois a buzzé dans les allées du festival.

Plus encore que les années précédentes, les éditeurs ont profité du festival pour présenter leurs nouveautés et quelques prototypes. Davantage que les jeux récompensés, ce sont donc ces nouveautés qui ont le plus fait parler d’elles durant le weekend.
En voici 2 qui ont retenu mon attention :

Spécialiste des jeux grand public, expliqués en 2 minutes et qui se jouent en moins de 10 minutes, l’éditeur Cocktail Games proposait cette année une adaptation nerveuse du traditionnel petit bac avec Thématik, un jeu de Carlo Emanuele Lanzavecchia.

Après avoir placé 5 lettres sur la table et des cartes de points, un joueur annonce un thème. Aussitôt, chacun tente simultanément de trouver des mots correspondants au thème et qui commence par l’une des lettres.
Si le mot est valide, le joueur prend le plus grosse carte « points » située en face de la lettre. Dès qu’une ligne est vidée de ses points, la manche s’arrête.

Une mise en place du jeu, on joue avec le thème "journaux et magazines". Pas facile...

 

ligne.1243858154.gif

Sur le stand des Ludonautes, Antoine Bauza et Bruno Cathala participaient à la démonstration de leur nouveau jeu sur le thème du Petit Prince qui utilise les illustrations de Saint-Exupéry. Gros succès : la centaine de boîtes disponibles en avant première pour le salon est partie en quelques minutes après l’ouverture du festival.

Le principe est ici aussi très simple : il s’agit construire une planète constituée de 16 tuiles. Pour cela, le premier joueur prend autant de tuiles de la pioche qu’il y a de joueurs autour de la table, en choisit une pour lui et passe les suivantes au second qui fera de même.
Sur les tuiles, on retrouve des arbres, des roses, des moutons et des « objectifs » qui, associés entre eux, permettent de marquer plus ou moins de points. Plus le jeu avance et plus il faut faire attention aux tuiles qu’attendent ses adversaires et à celles qu’on leur passe.
Un jeu très malin, assez tendu en fin de partie.

Une planète en cours de construction avec à côté la figurine distribuée en bonus par l'éditeur sur le festival.

 

 

► Le lien vers la fiche du jeu Thématik chez Philibert
► Le lien vers la fiche du jeu Le petit prince chez Philibert

Mots-clés : ,