Libertalia, de Paolo Mori

avatar

Martin

Martin Vidberg est dessinateur, cultivateur et interprète du blog l'Actu en patates dont la sélection du dimanche est à l'origine une rubrique.

Pour fêter l’arrivée de Libertalia, le premier jeu de son nouveau studio Marabunta dédié aux joueurs « core », les éditions Asmodée ont eu l’idée originale d’organiser cet été un tour de France de leur proto. S’il s’agit évidemment de faire parler du jeu, en le proposant notamment à plusieurs blogueurs, l’idée est plutôt sympathique et j’ai donc accepté avec plaisir de faire ville étape. C’est aussi la preuve que l’éditeur est assez  confiant sur la qualité de son jeu et des premiers retours qui découleront de cette opération.

Le plateau central avec le bateau et les différents butins à "se partager".


Monaco
Libertalia est une colonie qui aurait été fondée par des pirates à la fin du XVIIème siècle, aux alentours de Madagascar, pour profiter de leurs richesses en toute liberté. On ne sait pas s’il s’agit d’une simple légende.
Le jeu vous propose d’incarner un trader pirate et de réunir le plus gros butin possible pour fonder Libertalia.

Pour cela, chaque joueur dispose des même 9 cartes tirées aléatoirement parmi 30 en début de partie.
Si le jeu est destiné aux joueurs expérimentés, sa mécanique est très simple : à chacun des tours, les joueurs choisissent une carte et la jouent face cachée. Ces cartes sont ensuite révélées et ordonnées en fonction de leur valeur. Leurs effets sont appliqués puis chaque joueur pourra choisir un butin.
Après trois manches, le pirate le plus riche l’emporte et gagne le droit de fonder Libertalia.

Je ne suis pas entré dans les détails mais j’ai résumé ici l’essentiel du moteur du jeu.

Chaque joueur dispose d'un plateau individuel où il stocke son or, son butin et qui comporte le résumé des règles.

 

Toute la subtilité tient dans les effets des 30 cartes dont 21 sont utilisées à chaque partie.
Pour gagner une partie de Libertalia, il faut analyser les 9 cartes dont on dispose à chaque tour et les jouer dans le bon ordre pour récupérer un maximum d’argent. L’observation des butins présents sur le plateau est essentiel mais il faut savoir également anticiper les choix de ses adversaires (ce qui est sans doute beaucoup plus simple à 3 ou 4 qu’à 6).

Libertalia fait partie de ces jeux qu’il est tout à fait possible de jouer « à l’instinct », sans être perdu par une règle trop complexe, mais que l’on appréciera vraiment au bout de plusieurs parties, lorsque l’on connaît suffisamment les cartes pour élaborer une stratégie au long court.
C’est aussi un jeu où il peut être nécessaire de se laisser quelques minutes de réflexion en début de manche pour faire les bons choix. C’est sans doute pour cela qu’il fait partie de la gamme « core » d’Asmodée.


Après avoir fait étape chez Gus and co (vous pouvez lire son compte rendu ici) et Petit peuple, le jeu a été joué à Besançon lors de la traditionnelle soirée du mardi de l’association Doubs you play et le vendredi soir à la boutique Les jeux de la Comté.
Vous pouvez lire le compte rendu de ces deux soirées dans cette note.

Libertalia
Un jeu de Paolo Mori
Publié par Marabunta (Asmodée)
2 à 6 joueurs
pour des parties de 40 à 60 minutes
à partir de 10 ans
Pré-commander le jeu chez Philibert

Mots-clés :