Manhattan project

avatar

Professeur Patashima

Le professeur Patashima est expert en tout et notamment en explication de règles de jeux de société. Il ne donne que rarement son avis, c'est avant tout un scientifique qui se place au-delà des impressions personnelles toujours subjectives.

Manhattan project est un jeu au thème bon enfant puisqu’il vous propose de prendre les commandes d’une nation qui consacre entièrement au développement  d’un programme nucléaire dans le seul but d’atomiser vos voisins.

Pour cela, tous les mauvais coups sont permis : bombardement d’usines, espionnage industriel et vol de technologie. Un jeu familial.

 

Au début d’une partie de Manhattan project, vous disposez de 4 ouvriers du nucléaire, qui dans ce jeu peuvent recevoir des doses de millisievert illimitées. En tout cas, ce n’est pas précisé dans la règle.
Manhattan project est un jeu de placement d’ouvrier assez classique. À son tour de jeu, le joueur actif peut placer un ouvrier dans un emplacement du plateau central, payer le coût s’il y en a un et exécuter immédiatement l’action qui lui est associé.

Plateau central : cliquez pour voir le plateau en plus grand

 

L’une des actions de base en début de partie sera de placer un ouvrier dans la zone construction pour récupérer une usine (les cartes situées en haut du plateau) et la placer sur son plateau de jeu. Car après avoir placé un unique personnage sur le plateau central, le joueur peut en placer autant qu’il le souhaite sur son complexe industriel individuel et réaliser autant d’action qu’il lui reste de personnages.

 

Exemple de plateau individuel avec 6 usines : cliquez sur l'image pour la voir en plus grand

 

L'université permet, quand on l'active, de récupérer un scientifique. La mine doit être activé avec deux personnages et permet de récupérer deux barils d'uranium naturel.

Certaines zones nécessitent que l’on place non pas des ouvriers mais des scientifiques ou des ingénieurs. Vous l’avez compris, il va falloir ordonner ses actions pour en réaliser le maximum à son tour de jeu : placer un ouvrier sur le plateau central pour récupérer deux scientiques que l’on pourra placer sur son plateau individuel pour obtenir du plutonium. Avec le plutonium ou l’uranium, vous pourrez construire toutes sortes de bombes nucléaires qui rapportent des points de victoire : sur la photo ci-dessus, la carte bleue est une bombe au plutonium qui rapporte 12 points quand on la construit et jusque 24 points si l’on a procédé auparavant à des essais nucléaires pour vérifier son efficacité.
Le premier à atteindre un certain nombre de points (60 points à 3 joueurs) emporte la partie.

Les pions sont en carton trèèèès épais. Probablement une déformation liée aux radiations.

Jusque là, rien de très original mais heureusement, c’est la guerre et comme dans toute guerre qui se respecte, il est vivement conseiller de bombarder ses adversaires : les joueurs peuvent utiliser leurs bombardiers pour endommager les bâtiments adverses et ralentir fortement, par exemple, le joueur de tête.
Mais ce n’est pas tout : vous pouvez également espionner vos adversaires en créant des espions qui permettent d’activer et donc de bloquer les usines de vos adversaires, ce qui est toujours très rigolo.

Manhattan project est un jeu de gestion qui détonne et que l’on hésiterait presque à qualifier de jeu « à l’allemande » pour son agressivité. Et puis, de toute façon, les allemands n’ont jamais eu la bombe nucléaire.

Le conseil du professeur Patashima :

Pour une soirée jeux à thème « savants fous », je vous conseille de sortir en apéritif ou en digestif l’excellent petit jeu Nefarious qui se marie admirablement avec Manhattan project. Si le thème de votre soirée est plutôt le mauvais goût, Infarkt fera un accompagnement de choix.



Manhattan project

Un jeu de Brandon Tibbetts
Publié par Minion games (en anglais) Marabunta (en français)
2 à 5 joueurs
120 minutes annoncées
à partir de 13 ans

Acheter le jeu chez Philibert

Mots-clés :