Keyflower de Sébastian Bleasdale et Richard Breese

avatar

Professeur Patashima

Le professeur Patashima est expert en tout et notamment en explication de règles de jeux de société. Il ne donne que rarement son avis, c'est avant tout un scientifique qui se place au-delà des impressions personnelles toujours subjectives.

Aujourd’hui, je vous présente le jeu de société Keyflower. Un jeu de société de Sébastian Bleasdale et Richard Breese publié en France par les éditions Gigamic et qui s’adresse plutôt aux joueurs « expérimentés » à partir de 13 ans.

Keyflower est un jeu de tuiles : les joueurs achètent des tuiles « bâtiments » qu’ils posent devant eux pour « construire » un petit village. Ces bâtiments ont des fonctions, peuvent être améliorés et rapportent des points.

Mais pour acheter un bâtiment, il faut enchérir en dépensant ses petits villageois (la monnaie du jeu). La grande originalité du jeu est qu’il y a 3 types de villageois (des rouges, des bleus et des jaunes) qui sont autant de « monnaies » différentes : quand un joueur commence à enchérir pour une tuile, il choisit une couleur et ses adversaires seront obligés d’utiliser la même couleur pour surenchérir.

Au début du jeu, chaque joueur tire au sort 8 villageois dans un sac qu’il cache derrière son paravent. On sait donc uniquement que ses adversaires possèdent également 8 villageois mais on ne connait pas leurs couleurs.


À son tour de jeu, un joueur peut également placer un villageois sur une tuile pour l’utiliser. Sur l’exemple ci-dessus, il s’agit d’une tuile « carrière ». En l’activant, le joueur prend un jeton gris qui représente de la pierre.
Dorénavant, pour enchérir sur cette tuile ou l’utiliser, il faudra utiliser exclusivement des villageois de couleur rouge.

Un autre joueur a décidé d’enchérir sur la tuile carrière en plaçant deux villageois rouges à proximité. S’il gagne l’enchère, il emportera la tuile qu’il placera dans son village mais également, en bonus, le villageois du joueur précédent placé sur la tuile.


Keyflower est un « gros » jeu : si le principe général est là, il y a beaucoup d’autres petits mécanismes que je n’ai pas évoqué dans ma présentation. Je vous invite donc à lire les règles sur le site de l’éditeur pour découvrir le reste des mécanismes.

Le lien vers la fiche du jeu sur le site de l’éditeur
Le lien vers la fiche du jeu sur le site de la boutique en ligne Philibert

Mots-clés :