Vegas, le nouvel Aléa

avatar

Martin

Martin Vidberg est dessinateur, cultivateur et interprète du blog l'Actu en patates dont la sélection du dimanche est à l'origine une rubrique.

Vegas est l’une des surprises de la sélection du Spiel des Jahres, le prix allemand qui fait référence dans le petit monde du jeu.
Il s’agit du nouveau jeu de la fameuse collection Aléa de Ravensburger (Puerto Rico, Notre Dame, les châteaux de Bourgogne…) qui compte quelques uns de mes jeux préférés. Et puis surtout, le thème me plaît bien. Il fallait donc que j’y jette un coup d’œil.

À l’intérieur de la boîte, on trouve des billets de banque, 6 casinos en cartons numérotés de 1 à 6 et une plâtrée de dés pour 5 joueurs.

Sur la table, les 6 casinos sont disposés avec pour chacun une somme d’argent d’au minimum 50 000 dollars.
Un joueur possède 8 dés à sa couleur. À son tour de jeu, il les lance et doit choisir une valeur parmi celles obtenues. Il place tous les dés de cette valeur dans le casino correspondant. C’est ensuite au tour du joueur suivant de lancer les dés et ainsi de suite jusqu’à ce que tous les joueurs aient placé tous leurs dés.

Ensuite, on répartit les gains : le joueur qui a placé le plus grand nombre de dé dans chaque casino ramasse le plus gros billet. S’il reste un billet, il revient au second joueur.
Et en cas d’égalité ? C’est la petite subtilité du jeu : si deux joueurs ont placé le même nombre de dé sur un casino, tous leurs dés sont retirés du jeu et ne permettent pas d’obtenir de gain.
Après 4 manches, le joueur le plus riche l’emporte.

Et c’est tout !
Pas de gestion, peu de stratégie, beaucoup de hasard, on est très loin des autres jeux de la gamme Aléa.
Ce n’est pas un mauvais jeu pour autant, mais il ne s’adresse pas du tout au même public, ni aux mêmes circonstances de jeu, qu’un Puerto Rico par exemple.

Vegas ressemble à son thème et c’est en cela qu’il est plutôt réussi : c’est un jeu pour parieur. Le hasard tient un rôle prépondérant et désignera dans bien des cas le vainqueur final. Tout au plus peut-on choisir de pénaliser un adversaire, parce qu’il est le plus riche, en plaçant ses dés sur le casino qu’il se réservait.
Mais encore un fois, la réussite de l’opération tiendra toujours au hasard d’un jet de dés plus ou moins chanceux.

Si le hasard vous amuse, Vegas est un petit jeu tout à fait agréable.
Sans aller jusqu’à jouer avec de vrais billets, il est encore meilleur si l’on ajoute un petit enjeu qui apportera un peu de piment et plus de tension lors des lancers de dés. Avec les temps qui courent, il ne faut pas gaspiller la chance : c’est toujours mieux de gagner un petit quelque chose.

De là à lui attribuer le Spiel des Jahres, par contre…

Vegas
Un jeu de Rüdiger Dorn
Publié par Ravensburger (collection Aléa)
2 à 5 joueurs
pour des parties de 30 minutes
à partir de 8 ans

Acheter le jeu chez Philibert

 

Mots-clés :